Nos conteuses et conteurs édition 2020

ANIMATION – MARILIE BILODEAU & JEAN-MAXIME LÉVESQUE

Marilie Bilodeau (originaire de Trois-Pistoles) et Jean-Maxime Lévesque (né à Amqui) ont tous les deux une pratique artistique qui embrasse large. Ils ont chacun foulé à peu près toutes les scènes de la région, que ce soit par la chanson, le slam, le conte, ou la danse. Leur complicité évidente et leur humour décalé en font des chouchous du public. Ils coanimeront le Rendez-vous des Grandes Gueules pour une troisième année. Marilie Bilodeau se présentera également comme conteuse au festival.

(Bas-Saint-Laurent)

Elise Argouarc’h transcende l’exil de sa voix grâce à la création parlée depuis son immigration au Québec en 2011. Elle s’intéresse à l’interaction entre le corps et l’oralité dans la performance artistique comme voie d’actualisation identitaire. Depuis 2014, elle apparaît sur les scènes conte et slam du Bas-Saint-Laurent. En solo ou dans des collectifs, ses thèmes privilégiés sont féministes, territoriaux, migratoires et suivent le chemin d’une décolonisation intime. A l’instar de Gougaud, elle estime que les arts de la parole peuvent « faire exister les gens à qui ils parlent ». Elle offre dans divers milieux des ateliers de création de kasàlà (poésie de louange africaine) pour développer le pouvoir de dire et d’être. Elle fait actuellement un doctorat pour étudier comment les arts de la parole peuvent soutenir la résilience et l’inclusion des femmes réfugiées accueillies au Bas-Saint-Laurent.

(Trois-Pistoles)

Artiste multidisciplinaire, Mathieu Barrette se concentre particulièrement sur la poésie, le conte, le théâtre et le cinéma. Sa dernière création, Fin septembre début janvier, a été produite sur les planches du Théâtre du Bic à l’été 2019.

Double champion de notre Concours de la plus grande menterie, venu au monde dans la suie et le vieux fer de la Forge à Bérubé, immunisé au tétanos, ses créations parlées et de réalité virtuelle ont été présentées en France, en Belgique, en Suisse, aux États-Unis, en Allemagne, en Italie et en Espagne. Mathieu est profondément engagé envers l’acte artistique régional indépendant, qu’il articulera à plus grande échelle avec le lancement de sa nouvelle compagnie, à venir au début 2021.

(Montréal)

Paul Bradley est un conteur dont le travail s’articule autour de la narration de fictions quotidiennes. Les dispositifs employés cherchent à produire un décloisonnement entre réel et fiction.

L’appartenance à des groupes de conteurs (depuis 1998, il a évolué au sein de formations telles que Les Ceuzes-là, Les loups-garous, Les pelleteux d’légendes, Les prétendants et La Quadrature), la réutilisation des performances précédentes, et la boucle (loop) auto-référentielle caractérisent son travail. Ces dernières années,  il se consacre aux histoires de robots avec le collectif Épiq Fail.

(Gaspésie)

Patrick s’est tourné vers le conte en 2012 alors qu’il cherchait du sens. À ce moment riche d’une dizaine d’années d’expérience en improvisation, il a découvert le conte à tâtons, en suivant les traces des quêteux avec qui il s’est étonné d’avoir beaucoup en commun.

« Et il y a eu l’histoire. Le conte. Ce coup de foudre. Raconter quelque chose qui n’appartient à personne, sinon à tout le monde. Le privilège d’être cet artisan qui porte un bien collectif un peu plus loin. Pour moi, le conte devient à la fois un véhicule pour jouer avec le sens, par l’humour ou la poésie, pour critiquer notre société ou souligner ce qu’elle a de meilleur; mais le conte est également ce passager duquel on doit prendre soin, le laisser parler, pour ne pas brouiller sa sagesse centenaire et toujours actuelle. »

Répertoire:

« Dans mon sac, une quinzaine d’histoires se partagent la route et forment un témoignage coloré de la Gaspésie des années 1800. Des histoires de pêcheurs, de diable, de quêteux; des faits réels et suréels; du qui fait rire, qui fait penser, mais toujours qui fait du bien. Puis à travers tout ce que ma mémoire raconte, il y a là où le conte me surprend encore: l’improvisation, à qui je fais une place précieuse, histoire que l’affaire reste vivante!.

(Bas-St-Laurent)

Diplômée de l’Université du Québec à Montréal en création littéraire en 2004, elle met la création sur pause pour étudier les sciences infirmières et pratiquer ce métier auprès de personnes souffrants de troubles de santé mentale et de dépendance. Ce parcours l’a mène en Catalogne Nord, où  le sentiment d’effervescence identitaire de sa jeunesse la rattrape. Elle commence alors à conter des récits inspirés du pays et des personnes qu’elle côtoie au quotidien, soucieuse d’explorer le plus d’angles possibles aux histoires. De retour dans sa région natale du Bas St-Laurent en 2017, elle fait son chemin de conteuse, s’initie au slam et verra son premier roman publié en France au cours des prochains mois.

(Gaspésie)

Cueilleur d’histoires et d’algues aussi, Maddix raconte dans son patois, le Chiac (de Moncton, N.-B.), déteindu par les vents de son Gaspé Nord adoptif. Il s’enjoy à explorer et partager la tradition orale acadienne en y ajoutant plein de funky twists qui font bubbler la brain. Des histoires qui fly loin, comme celle about des carottes qui take over le monde, celle du crabe des bois qui chante du country, celle du cochon qui partage son aouène avec son buddy le cheval ou celle des politiciens qui fument des joints en faisant du BBQ.

(Bas-St-Laurent)

Stéphanie Pelletier habite un mythique cinquième rang à cheval sur les lignes de Saint-Octave, Métis-sur-Mer et Padoue. Elle est une artiste de la ruralité qui aspire à parler du territoire dans un autre langage que celui des clôtures de perche pis des cartes postales de cabanes à sucre. Elle est une écrivaine, une artiste de la création parlée, une metteure en scène, une directrice artistique, une travailleuse culturelle, une amoureuse, une mère, une jardinière. Parmi les réalisations dont elle est particulièrement fière : un recueil de nouvelles (Quand les guêpes se taisent, Leméac, Lauréat du prix littéraire du gouverneur général 2013), un roman (Dagaz, Leméac), plusieurs collaborations à des revue et collectifs (Moebius, Zinc, XYZ, La disparition de Michel Ô’Toole (XYZ), Poste restante (Art Le Sabort) etc.), plusieurs spectacles littéraires

(Montréal)

Enfant, Kathia Rock baigne dans l’effervescence créatrice de sa communauté d’origine : les Innus de la Côte-Nord, véritable nid d’artistes, musiciens et chanteurs infatigables. À 14 ans, elle est initiée à la composition par Claude McKenzie du groupe Kashtin.

Son talent de chanteuse lui permet de collaborer avec de grandes interprètes de la chanson québécoise comme Jorane, Marie-Claire Séguin, Terez Moncalm, Bïa, Catherine Durand et Judy Richards.

En exil à Montréal, elle découvre le théâtre, la danse, l’interprétation scénique, et les différentes techniques vocales et travaille pour la première fois avec Yves Sioui Durand. Elle retourne s’installer dix ans plus tard dans la communauté de 2500 personnes qui l’a vu naître, Malioténam. Son rôle de Gertrude dans Nana Mesnak – Les adieux de la tortue – mettra en lumière son talent de comédienne en plus de lui permettre d’accéder pour la première fois à un rôle principal au grand écran québécois.

Kathia Rock a participé à bon nombre de festival en Europe, en Inde et au Canada et fut, entre autre, 2 fois finaliste au festival en chanson de Petite Vallée en 2007 et 2009.

(Montréal, Bas-St-Laurent)

C’est dans le cadre d’une Maîtrise en Communication que Renée Robitaille s’intéresse aux Arts de la parole. Sur scène, elle incarne tous les personnages dont elle a recueilli les histoires offrant ainsi un regard profond et touchant sur l’humanité. Sa rencontre avec Louis Champagne, qui sera le metteur en scène de son spectacle Hommes de pioche, marque un tournant dans sa carrière. Renée se découvre une passion pour la recherche et la création de personnages. Elle plonge corps et âme dans cette approche théâtrale, qui lui ouvrira bientôt les portes de toutes les scènes du Québec. Reconnue pour son remarquable talent de conteuse, d’auteure et d’interprète, Renée Robitaille compte déjà plusieurs publications et spectacles à son actif. Depuis vingt ans, elle tourne régulièrement en Europe francophone et ailleurs sur la planète (Congo, Cuba, Russie, Arménie, etc.) pour présenter ses créations dans les festivals internationaux de contes et de théâtre. Elle poursuit sa formation en France et au Québec, où elle explore la notion du jeu théâtral dans l’instant présent.

(Beauce)

Clown, conteur et acteur, Alexis a touché la variété et l’humour avant de plonger dans le théâtre corporel. Il développe une gestuelle particulière qu’il intègre à sa pratique du conte. Avec son répertoire d’inspiration traditionnelle (Contes du bout de la Beauce, éditions Michel Brûlé), il participe régulièrement aux principaux événements de contes.

Diplômé de l’Université de Sherbrooke en psychologie, son expérience d’intervenant et d’enseignant se lie à sa pratique artistique lorsqu’il devient clown thérapeutique à l’hôpital Sainte-Justine. Alexis fait partie de l’équipe de Dr Clown depuis la création de l’organisme en 2001. Également responsable de la formation, il est l’auteur d’une méthode de jeu clownesque inspiré d’un modèle de communication relationnelle.

(Bas-Saint-Laurent)

Robin Servant est un musicien passionné par les musiques traditionnelles, l’improvisation et lacomposition.  Actif au sein de plusieurs groupes de musique traditionnelle ( Trio Salicorne, Tord-Vis, La Baratte à beurre, la Marée montante), de musique improvisée (GGRIL, Escarbilles, Brugir) et en solo (Du souffle et de l’espace) , il cherche à tisser des liens entre les traditions populaires et les musiques actuelles.  Son travail s’organise autour de deux axes: partage de l’expérience et expérience de L’instant. Il a une affinité particulière avec les différentes facettes de la littérature orale, l’ayant amené à travailler avec plusieurs slameurs conteurs et poètes au cours des années. Il a aussi beaucoup travaillé en musique et en son pour l’image, ayant participé à plus de 25 productions au cours des 10 dernières années. Il a produit de la musique, fait de la conception sonore et mixé des projets documentaires, de fiction, d’animation et des magazines télés.

(Mashteuiatsh)

D’où vient-il… et que cherche-t-il? Innu de Mashteuiatsh au Lac Saint-Jean, Patrick Courtois a cette étincelle particulière du conteur bercé par sa propre histoire et les contes des terres dont il est issu. En toute simplicité, il offre le moment présent dans toute sa splendeur et sa richesse. Inspirées des croyances populaires de son village, tricotées de vérités dures à croire et brodées d’absurdités, les histoires de Patrick sont ancrées dans le concret, aussi folles puissent-elles devenir quand il les raconte.

(Montréal)

Alexandre est tombé dans le monde du conte sans le savoir dans le bureau de son gérant de caisse populaire. Après 90 minutes d’histoires abracadabrantes – avec un entracte au milieu! – le gérant lui a accordé une marge de crédit ET Alexandre est automatiquement devenu conteur. Depuis, il gagne sa vie en racontant des histoires comme celle-là. Il est aussi scénariste pour plusieurs projets télé et travaille présentement chez URBANIA.

(Montréal)

Artiste multidisciplinaire œuvrant  dans le domaine théâtral et chorégraphique, Danielle possède une maîtrise en danse à l’UQAM formation au cours de laquelle elle a pu parfaire sa démarche artistique fusionnant la poésie et le flamenco. Également diplômée d’un certificat en sciences sociales et en mouvement expressif, sa  formation en danse est très diversifiée, elle a cheminé doucement du ballet classique au flamenco contemporain en passant par le jazz et le contemporain. Comme comédienne, on a pu la voir dans plusieurs productions télévisées; Lance et compte, Scoop, Ramdam et Rivière des Jérémie qui lui a  valu une nomination aux prix Gémeaux en 2002. Au cinéma, elle a joué entre autres  auprès de Carole Laure et Lyne Tremblay dans Night Magic, dont la bande sonore est de Lewis Furie et Leonard Cohen. Au théâtre, elle a joué dans Ladies Night   dans une mise en scène de Denis Bouchard, en remplacement de Sylvie Boucher Ses champs d’intérêts sont présentement les composantes cognitives du  processus créatif dans une perspective communicationnelle et l’interrelation entre la parole et le rythme dans une approche corporelle. Poesia y flamenco et Lorca Beat sont deux œuvres qui témoignent de cette recherche, elles ont été présentées dans différents festivals; Festival Métropolis Bleu, Festival des arts de la scène de Laval, festival international de poésie de Trois-Rivières, Déjeuners croissant/musique de Laval.

(Ontario)

Stéphane Guertin est un conteur passionné au sens large. Sa démarche créative s’est transposée sur scène en faisant des alliages surprenant entre l’histoire, la musique, le théâtre d’objet, l’humour et la poésie. En 2013, il remportait la médaille d’or en tant que conteur aux Jeux de la Francophonie à Nice (France). Depuis, ses spectacles La cadence du conteur, Vie et mort d’un char boiteux et EAU : Sortir la tempête du verre ont été présentés dans 14 pays. Aussi auteur, compositeur, improvisateur, metteur en scène et réalisateur, Stéphane transpose son inspiration d’une discipline artistique à l’autre.

(Montréal)

Revendiquant le conte comme un art actuel, Céline écrit des histoires contemporaines ouvertes sur le monde de demain.

Céline œuvre en solo ou en collectif pour faire entendre une parole contemporaine à contre-courant, là où on ne l’attendrait pas.

Céline crée son premier solo Vague à l’âme, puis en 2011 un duo avec Nicolas Rochette Réalité – 5 degrés. En 2013, elle fait partie des fondateurs du premier organisme de création-production en conte contemporain La Quadrature.

En 2015, Le reflet de Vénus signe le début de sa recherche solo sur le rapport au corps et à la place des femmes dans notre société.

En 2018-2019, Céline dirige le livre-CD Nouvelle Vague – contes contemporains édité chez Planète Rebelle.

En avril 2019, Céline est la récipiendaire de la résidence de création en conte offerte par Fred Pellerin, le CALQ et le RCQ pour son nouveau spectacle Maman est un mythe. 

En février 2020, Filles de Cassandre, sa première création sonore est invitée internationale au Festival Sonohr de Bern en Suisse. Disponible en baladodiffusion et dans les VAS de l’été 2020 de la Ville de Montréal.

www.celinejantet.com

(Montréal)

Formée en danse et jeu, spécialiste en percussions corporelles, Carol Jones œuvre dans le milieu artistique depuis plus d’une vingtaine d’années.  La danse l’a menée au théâtre.  Diplômée à la maîtrise en théâtre, elle joue, danse et choréthéâtrographie. On l’a vue tant sur scène (Free, Angélique, Pour filles de couleur); à la télé (Watatatow, Les dames de cœur, Chez Denise) qu’au cinéma (La femme allongée, Je me souviens, Louis 19, Le Matou).

Fille d’un jazzman (batterie), nourrie par les rythmes africains, Carol développe sa technique de percussions corporelles, associant diverses danses percussives et rythmes de la batterie, qu’elle enseigne dans diverses écoles (UQAM, Rencontre Théâtre Ados, etc.). Également, elle collabore à des productions musicales comme celles de l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal.

Dans le cadre de l’activité « Qui a mis le feu à Montréal le 10 avril 1734? » initiée par le Centre d’Histoire de Montréal, elle crée le personnage Angélique qu’elle présente depuis 2007 dans les écoles et les bibliothèques.  Ainsi, chaque année elle amène quelques deux cents élèves à répondre, sous forme théâtrale, à la question. Tout récemment, le projet s’est mérité un Prix d’Excellence décerné par l’Association Québécoise des Interprètes du Patrimoine.

(Shawinigan)

Dix conteurs amateurs assistent à des ateliers animés par Simon Gauthier afin de perfectionner leur plume à l’écriture, mais aussi pour développer leurs habiletés à raconter leur histoire. De plus, un recueil imprimé a été créé en collaboration avec Perro éditeur.

(Montréal)

Originaire de La Réunion et aujourd’hui installée au Québec, Mafane a d’abord trouvé dans le conte un remède pour soigner le mal du pays.

Si elle s’inspire dans un premier temps du folklore de l’océan Indien, elle s’intéresse rapidement aux autres traditions orales avant de se mettre à écrire ses propres histoires.

Issue d’une longue tradition d’immigrants venus de Maurice, de Madagascar, de Sicile, d’Algérie et de France, Mafane s’interroge : lorsqu’on quitte son pays pour ne plus y revenir, qu’est-ce qu’on amène de plus précieux? Elle présente le fruit de ses réflexions dans “La ruée vers l’autre”.

(Bas-Saint-Laurent)

Enseignant en Psychosociologie et en Travail social à l’Université du Québec à Rimouski, Marcel Méthot est auteur, slameur, conteur, poète et animateur.

Finaliste de la Ligue de slam de l’Est-du-Québec neuf fois dans les dix dernières années, il a remporté, en septembre 2013, la médaille d’argent au Grand slam de poésie national de Montréal.

Il a remporté le Concours national de La plus grande menterie au Festival du Rendez-vous des grandes gueules de Trois-Pistoles en 2018.

Il participe régulièrement à différents spectacles littéraires et événements bénéfices.

Il a publié les tomes 1, 2 et 3 de Tant qu’à écrire! (recueil de slams) en 2018 et 2019 et publiera un premier roman aux éditions Fond’tonne d’ici la fin de 2020.

(Canton-de-l’Est)

Steven SLAB, bachelier en enseignement, s’est introduit dans le milieu du conte en 2016. Il a déjà remporté plusieurs concours comme conteur, en plus d’être en nomination en 2019 comme artiste de la relève en Estrie. Des formations pratiques avec des légendes du milieu, du mentorat et plusieurs expériences parsemées de folies lui ont permis de se construire un registre varié qui va de l’anecdote éclatée au conte traditionnel d’ici et d’ailleurs. Organisateur et animateur d’évènements de contes dans les Cantons-de-l’Est, SLAB a présenté son dernier spectacle de contes intitulé ÉTÉ ’99 plus d’une trentaine de fois dans plusieurs régions du Québec.

(Bas-Saint-Laurent)

Formé quelque part en 2018, Space Map est un groupe originaire de Rimouski puisant ses inspirations créatives dans des styles aussi variés que le jazz, le funk, le rock et la soul. Mettant le groove au coeur de sa démarche, le groupe formé d’Alexandre Potvin (guitare), de Sébastien Landry (saxophone ténor), de Simon Claveau (basse), d’Alexis Bourgeois-Gagné (drum) et de Vincent Coulombe (claviers) propose une musique accessible imprévisible et ponctuée d’improvisations surprenantes. Dans le cadre de sa prestation au mardi jazz du 12 novembre, Space Map accueillera, l’espace de quelques pièces, la chanteuse Élisabeth Christen.

(Bas-Saint-Laurent)

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse-galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. Fléchant la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains, elle fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et « ratoure » de son foisonnant imaginaire à répondre. Active sur la scène francophone du conte depuis plus de 15 ans, Arleen Thibault a participé à plus d’une centaine de festivals et événements culturels au Canada, en Europe, en Afrique et en Amérique du Sud . En 2015, elle représentait le Québec aux Fêtes de la francophonie 2015 à Sao Paulo au Brésil et en 2009 le Canada aux Jeux de la Francophonie à Beyrouth au Liban. Son dernier spectacle, Le Vœu a remporté plusieurs prix dont celui du CALQ Œuvre de l’année en Chaudière-Appalaches. 

(Montréal)

Lyne Tremblay est une artiste multidisciplinaire qui poursuit une carrière très éclectique des plateaux de films aux studios d’enregistrement. Adolescente, elle joignit la Troupe d’Eddy Toussaint, et entrepris sa première tournée internationale. À son retour à Montréal, elle s’est retrouvée dans la plupart des émissions de variété à la télé incluant plusieurs émissions de Bye Bye.

Pour ne souligner que quelques moments de sa carrière, elle fut engagée dans la représentation Canadienne originale de “Cats” pour s’apprivoiser le rôle de la sinueuse et sensuelle siamoise “Cassandra”. De Paris, Rome, Lyon à Strasbourg, elle reprendra le rôle de “Sally Bowles”, auparavant interprété par Ute Lemper, dans la production acclamée de “Cabaret”. A son retour d’Europe, elle a aussi réalisé un rêve dʼenfance en incarnant le rôle de la puertoricaine Anita dans “West Side Story”. Après avoir crée un Cabaret Solo “Gauche”, où on lʼa nommé “une déesse du cabaret”, ce projet l’a mené dans le monde de la musique. Ainsi en 2004, elle lança son premier CD “Breakʼ n Enter” qui fut finaliste pour un National Jazz Award. Lyne travaille présentement sur son prochain album. En 2013, elle interpréta “Albertine en cinq temps “ de Michel Tremblay. Cette production fut finaliste pour un prix Dora comme meilleure ensemble, une distinction très rare pour une production en Français à Toronto. Plus récemment, elle a joué un autre rôle principal dans le film de Valerie Buhagiar “The Anniversary” qui a gagné le choix du public lors des festivals à travers le monde

(Québec) 

Depuis 2005, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014! Yolaine donne aussi des ateliers autour du conte, de la menterie, de la créativité et de l’organisation du travail de l’artiste. Elle offre ces formations au Québec et en France. Elle s’occupe de la programmation des événements de l’organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.